Bulletin SDJ France Bleu – la rentrée sera chaude

DR

Alors que la saison s’est achevée et que de nombreux changements s’annoncent pour la rentrée, quelques nouvelles du réseau Bleu.

  • Rapprochement avec  France 3 : Gare à la précipitation !

Sibyle Veil l’a annoncé le 5 juin dernier, France Bleu va “expérimenter, dans le courant de l’automne 2018” des matinales communes avec France 3. Projet d’abord annoncé aux rédactions désignées pionnières : Paris et Aix. Mais les équipes toulousaines ont eu la surprise d’apprendre en plein milieu de l’été que France Bleu Occitanie allait finalement faire partie de l’expérience, sans plus de précisions ni sur le calendrier, ni sur les moyens mis en oeuvre.

Il reste à connaître la méthode et le contenu. Et pour l’instant peu de détails, exceptées les quelques précisions énoncées lors d’une conférence de rédaction à France Bleu Provence : France 3 serait ainsi en charge de la diffusion de la matinale, via des caméras dans le studio et une mise en image des reportages de Bleu dans les journaux. La responsabilité éditoriale serait laissée à France Bleu. À France Bleu Paris, la direction de la station assure que Radio France conservera la main sur l’éditorial et que France 3 aura la charge de mettre en image des sujets réalisés par la rédaction radio.

Comment adapter l’image à un sujet radio?

Ce concept pose beaucoup de questions : Qui fournira les images ? Qui s’assurera qu’elles colleront parfaitement aux angles des sujets ? Comment illustrer un sujet traité uniquement en papier ou par des interviews téléphone ? Va-t-on demander aux journalistes radio de se filmer avec leur smartphone lorsqu’ils enregistrent leur papier (la piste a été suggérée pour un autre projet de collaboration). Même si on nous assure aujourd’hui que France 3 aura la main, là encore aucune précision supplémentaire.

 

La SDJ souhaiteque la contrainte d’image ne dicte pas le choix de reportage. Nous défendrons la souplesse de réalisation propre à la radio et sa réactivité face à l’actualité.

Ne pas se jeter dans le vide

Nous avons en mémoire l’expérience des titres toutes les dix minutes, abandonnée après la chute d’audience de l’été 2016. La SDJ rappelle son attachement fort à la concertation, il faut consulter ceux qui connaissent le mieux leur métier, les journalistes de terrain.

La SDJ veillera à ce que le reportage, force de notre réseau, ne soit pas sacrifié au profit d’une présence accrue dans des matinales communes.

Début juin, Sibyle Veil assurait que cette expérimentation “ne préjuge pas de l’avenir”. On voit cependant mal comment Radio France et France Télévisions souhaiteront revenir en arrière une fois le programme commun mis en place. Il faut donc une concertation d’urgence avec les rédactions.

 

  • Quelles perspectives pour le web?

Le web reste manifestement l’une des priorités de France Bleu dans le contexte du rapprochement avec France 3. La SDJ s’inquiète logiquement des conditions dans lesquelles va s’opérer cette mutation. Céderons-nous nos contenus à un grand site d’information de service public, tel “franceinfo.fr” ?

Des équipes seront-elles chargées de rédiger ces articles en piochant librement dans les lancements des journalistes France Bleu sans que ceux-ci aient un droit de regard sur le produit fini ? Après tant d’années d’efforts, longtemps sans accord sur le multimédia, vous êtes nombreux à vous soucier de la qualité de la déclinaison web de vos sujets dans les mois à venir.

Dans les locales concernées par la mise en place d’une matinale commune avec France 3, la direction de Bleu assure défendre l’indépendance de son site Internet. La SDJ la soutient dans cette démarche.

Côté effectifs, pas plus de perspectives. Aucune annonce d’organisation ou de création de postes concrète n’est affichée par la présidence de Radio France. Y-aura-t-il un maintien de la marque “France Bleu”, de son identité et de son maillage numérique ? La question reste réellement en suspens.

 

  • L’information le soir à la radio

Le passage aux matinales “globcal” et l’accent mis sur le web imposent aux rédactions de faire des choix. Pour ne pas perdre de force de reportage, le choix qui est parfois fait est celui de la disparition des infos locales à partir de 12h. Plus de journaux, ni même de flashs locaux à 16h, 17h ou 18h. La SDJ s’inquiète que France Bleu perde en réactivité et s’interroge sur une possible généralisation du concept à terme.

 

  • Quel avenir pour la rédaction nationale de Bleu ?

L’équipe n’en a pas la moindre idée. On lui demande à la fois de se recentrer complètement sur la matinale pour se mettre au service du “globcal” et des locales mais les dernières prises de position d’élus dans la presse lui font douter de sa pérennité.

Le pôle “matinales” pourrait d’ailleurs être renforcé avec un ou plusieurs journalistes supplémentaires en  desk, journalistes de journée qui passeraient en matinale. Les journaux de la demi-heure sont maintenus pour la moitié des locales qui ne passent pas encore au “globcal” à la rentrée, reste également le ⅚ dont le contenu n’est pas précisé pour le moment.

En journée, le journal de 13h passe de 15 minutes à 3 minutes. A 19h, il reste à 15 minutes.

Pour les flashs, le poste pourrait continuer sur la lancée de cet été, c’est-à-dire un poste « convergé » : présentations des journaux franciliens de 12h, 17h et 18h et flashs natio de 14h, 15h et 16h.

 

  • Occitanie : puissance 7 avec 1 journaliste supplémentaire

L’ancienne région Midi-Pyrénées était jusque-là la grande zone blanche de France Bleu. Cela n’est plus le cas puisque depuis décembre, progressivement, le Tarn, le Tarn-et-Garonne, l’Ariège, le Gers, l’Aveyron et le Lot captent France Bleu Occitanie (ex Bleu Toulouse). L’équipe toulousaine doit donc désormais traiter l’actualité de sept départements. Pour cela, elle a reçu début juin le renfort d’un 8ème journaliste, à Toulouse. Pas de RER pour l’heure à l’horizon.

La SDJ s’interroge quant à la crédibilité éditoriale de cette ligne. Imagine-t-on une radio régionale en Bretagne avec huit journalistes à Rennes et personne à Quimper, Brest, Vannes ou Saint-Brieuc?

Sans journaliste sur place, le traitement de l’actualité se heurte à trois biais :

  • le manque de sujets “maison” et la dépendance à la PQR
  • la difficulté de traitement de sujets délicats à distance (faute de relations avec la police-justice par exemple)
  • le risque d’une information trop institutionnelle.

La SDJ est favorable à la présence, le plus possible, de reporters sur les zones où le service public est déployé.

 

  • En bref… Vous nous avez aussi interpellés sur :

La publicité sous forme de reportage : Dans plusieurs locales, l’apparition de publicités pour des banques, des assurances ou des opticiens sous forme de (très) longs enrobés ou de fausses interviews vous a surpris. Non seulement ces spots publicitaires sont trompeurs dans la forme, mais en plus ils sont souvent diffusés dans la matinale à quelques minutes seulement de véritables rendez-vous d’infos et leur format dépasse largement ce que les journalistes produisent. La SDJ s’interroge sur la marge de manœuvre de France Bleu quant à la forme des publicités diffusées sur ses antennes.

Les signatures : la SDJ n’est pas favorable à l’idée de faire un distinguo systématique à l’antenne des grades des uns et des autres. Si le rédacteur en chef intervient dans les journaux, il le fait en tant que journaliste, pas en tant que rédacteur en chef. Il ne nous semble pas utile de spécifier systématiquement son statut.

 

Les membres de la SDJ de France Bleu restent à votre disposition sur toutes les questions éditoriales et de déontologie que vous rencontrez dans l’exercice de votre travail chaque jour.

N’hésitez pas à nous contacter personnellement ou collectivement via l’adresse sdjradiofrance@gmail.com

 

Amélie Bonté (Le Havre)

Rémi Brancato (Paris/93)

Didier Charpin (Caen)

Bénédicte Dupont (Toulouse)

Jérémy Marillier (Orléans)

Marie Mutricy (Le Mans)

Anne Pinczon du Sel (Dijon)

Justine Sauvage (Rennes)

Denis Souilla (Rédaction numérique)

David Valverde (Saint-Étienne)

Suppléants :

Tanguy Bocconi (Perpignan)

Valentin Dunate (Paris)

Isabelle Gaudin (Rédaction numérique)

Nicolas Olivier (Paris)

Arnaud Racapé (Dijon)

Virginie Salanson (Rédaction numérique)

dav

Twitter : @SDJRadioFrance
Site internet : http://sdjradiofrance.fr/

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *