Fuite en série de grands dirigeants de Radio France vers le secteur privé

Laurent Guimier, ancien directeur délégué aux antennes et aux contenus de Radio France et ancien directeur de France Info, vient donc d’officialiser sa nomination comme nouveau patron d’Europe 1 au sein du groupe Lagardère.

« La loi de l’offre et de la demande », « le jeu du mercato des médias » dira-t-on.

Pourtant, si le professionnalisme et la probité d’un homme comme Laurent Guimier ne sont pas en jeu, la SDJ Radio France s’interroge sur cette fuite en série de grands dirigeants de Radio France vers le secteur privé.

Après Frédéric Schlesinger (ex-directeur délégué aux antennes et aux programmes et membre du comité exécutif de Radio France), un nouveau haut dirigeant qui a partagé l’intimité des projets stratégiques et éditoriaux du service public rejoint une entreprise privée. Et cela dans un moment assez inédit de concurrence et d’observation mutuelle entre médias.

Radio France n’a pas la capacité de rivaliser financièrement avec le groupe Lagardère. Imposer des clauses de non-concurrence à ses hauts dirigeants coûte probablement très cher. Et il n’est sans doute pas souhaitable qu’un groupe public engage des sommes conséquentes pour cela dans une période de fortes restrictions budgétaires.

Mais devant cette situation, et dans cet environnement hyper concurrentiel, le service public ne peut pas se laisser dépouiller sans disposer d’outils pour se protéger.

Il est de la responsabilité de nos dirigeants, de la tutelle de l’Etat, et de nos responsables politiques, de réfléchir à cette nouvelle réalité. Et de doter Radio France de tous les moyens lui permettant d’exister en protégeant ses projets, ses compétences et ses savoir-faire.

La SDJ espère que ces questions brûlantes ne seront pas oubliées dans les discussions en cours sur la grande réforme de l’audiovisuel public.

La SDJ de Radio France

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *