” DJ au Macumba “, ” Voix de crécelle “… et déplorable ” couac ” à la DRH

Radio France a, dans ses missions de service public, celle de former et accompagner ceux qui fourniront le contenu éditorial de demain. Il semble que certains rédacteurs en chef ont oublié cette part du contrat.

Au-delà de la fuite, pour le moins malheureuse, des appréciations des écoutes du planning, la SDJ de Radio France tient, ici, à apporter son soutien aux pigistes ayant fait l’objet de critiques plus que lamentables et dégradantes.

Parce que, sans eux, aucune station n’aurait pu assurer le contenu des grilles d’été.

Parce que certains, bien que ” remerciés ” au printemps, ont accepté de revenir pendant les grandes vacances dans l’espoir d’obtenir une nouvelle chance lors des écoutes de septembre.

Parce que ces pigistes veulent incarner l’avenir de la maison, et que celle-ci doit les encourager, et non les dégoûter.

Parce que, encore une fois, il semble difficile d’aborder, dans nos éditions d’actualité, des sujets sociaux, lorsque notre propre groupe traite son personnel de cette manière.

Parce que certains de ces pigistes ont déjà fait une bonne part du chemin, et que d’autres chaînes seront très heureuses de les faire travailler, s’ils ont encore le courage de persévérer.

Parce que l’encadrement semble oublier que l’information est aussi une question de formation, et qu’il a sa part de responsabilité dans les maquettes des candidats.

Il est temps de rappeler à la Direction des ressources humaines que traiter ainsi les pigistes d’aujourd’hui ne peut qu’inquiéter sur l’état d’esprit des rédactions de demain.

La SDJ de Radio France

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *