La SDJ de France Bleu soutient le journaliste agressé par l’entraîneur du Stade Lavalois.

La Société Des Journalistes de France Bleu condamne fermement l’agression physique et verbale et les menaces de mort dont a été victime un journaliste de France Bleu Mayenne le week-end dernier de la part de l’entraîneur du Stade Lavalois, Francois Ciccolini après le match entre son équipe et Boulogne-sur-Mer. Rien ne justifie de telles extrémités de la part d’un homme censé incarner un club historique du football français et donner l’exemple auprès des joueurs et des éducateurs.
Alors que Laval affronte ce mardi soir Clermont en Coupe de la Ligue, la SDJ rappelle que les journalistes doivent pouvoir exercer leur métier en toute sérénité, dans une zone mixte d’un stade et partout ailleurs. Elle restera attentive aux suites de la plainte déposée par le journaliste et à l’utilisation qui sera faite par la justice de l’enregistrement audio de la scène qui laisse notre confrère profondément choqué mais décidé à poursuivre son travail.
La SDJ appelle également le club de Laval et la Fédération Française de Football à condamner au plus vite l’attitude de M. Ciccolini et à le sanctionner si ils le jugent nécessaire.

Bulletin SDJ France Bleu – la rentrée sera chaude

DR

Alors que la saison s’est achevée et que de nombreux changements s’annoncent pour la rentrée, quelques nouvelles du réseau Bleu.

  • Rapprochement avec  France 3 : Gare à la précipitation !

Sibyle Veil l’a annoncé le 5 juin dernier, France Bleu va “expérimenter, dans le courant de l’automne 2018” des matinales communes avec France 3. Projet d’abord annoncé aux rédactions désignées pionnières : Paris et Aix. Mais les équipes toulousaines ont eu la surprise d’apprendre en plein milieu de l’été que France Bleu Occitanie allait finalement faire partie de l’expérience, sans plus de précisions ni sur le calendrier, ni sur les moyens mis en oeuvre.

Il reste à connaître la méthode et le contenu. Et pour l’instant peu de détails, exceptées les quelques précisions énoncées lors d’une conférence de rédaction à France Bleu Provence : France 3 serait ainsi en charge de la diffusion de la matinale, via des caméras dans le studio et une mise en image des reportages de Bleu dans les journaux. La responsabilité éditoriale serait laissée à France Bleu. À France Bleu Paris, la direction de la station assure que Radio France conservera la main sur l’éditorial et que France 3 aura la charge de mettre en image des sujets réalisés par la rédaction radio.

Comment adapter l’image à un sujet radio?

Ce concept pose beaucoup de questions : Qui fournira les images ? Qui s’assurera qu’elles colleront parfaitement aux angles des sujets ? Comment illustrer un sujet traité uniquement en papier ou par des interviews téléphone ? Va-t-on demander aux journalistes radio de se filmer avec leur smartphone lorsqu’ils enregistrent leur papier (la piste a été suggérée pour un autre projet de collaboration). Même si on nous assure aujourd’hui que France 3 aura la main, là encore aucune précision supplémentaire.

 

La SDJ souhaiteque la contrainte d’image ne dicte pas le choix de reportage. Nous défendrons la souplesse de réalisation propre à la radio et sa réactivité face à l’actualité.

Ne pas se jeter dans le vide

Nous avons en mémoire l’expérience des titres toutes les dix minutes, abandonnée après la chute d’audience de l’été 2016. La SDJ rappelle son attachement fort à la concertation, il faut consulter ceux qui connaissent le mieux leur métier, les journalistes de terrain.

La SDJ veillera à ce que le reportage, force de notre réseau, ne soit pas sacrifié au profit d’une présence accrue dans des matinales communes.

Début juin, Sibyle Veil assurait que cette expérimentation “ne préjuge pas de l’avenir”. On voit cependant mal comment Radio France et France Télévisions souhaiteront revenir en arrière une fois le programme commun mis en place. Il faut donc une concertation d’urgence avec les rédactions.

 

  • Quelles perspectives pour le web?

Le web reste manifestement l’une des priorités de France Bleu dans le contexte du rapprochement avec France 3. La SDJ s’inquiète logiquement des conditions dans lesquelles va s’opérer cette mutation. Céderons-nous nos contenus à un grand site d’information de service public, tel “franceinfo.fr” ?

Des équipes seront-elles chargées de rédiger ces articles en piochant librement dans les lancements des journalistes France Bleu sans que ceux-ci aient un droit de regard sur le produit fini ? Après tant d’années d’efforts, longtemps sans accord sur le multimédia, vous êtes nombreux à vous soucier de la qualité de la déclinaison web de vos sujets dans les mois à venir.

Dans les locales concernées par la mise en place d’une matinale commune avec France 3, la direction de Bleu assure défendre l’indépendance de son site Internet. La SDJ la soutient dans cette démarche.

Côté effectifs, pas plus de perspectives. Aucune annonce d’organisation ou de création de postes concrète n’est affichée par la présidence de Radio France. Y-aura-t-il un maintien de la marque “France Bleu”, de son identité et de son maillage numérique ? La question reste réellement en suspens.

 

  • L’information le soir à la radio

Le passage aux matinales “globcal” et l’accent mis sur le web imposent aux rédactions de faire des choix. Pour ne pas perdre de force de reportage, le choix qui est parfois fait est celui de la disparition des infos locales à partir de 12h. Plus de journaux, ni même de flashs locaux à 16h, 17h ou 18h. La SDJ s’inquiète que France Bleu perde en réactivité et s’interroge sur une possible généralisation du concept à terme.

 

  • Quel avenir pour la rédaction nationale de Bleu ?

L’équipe n’en a pas la moindre idée. On lui demande à la fois de se recentrer complètement sur la matinale pour se mettre au service du “globcal” et des locales mais les dernières prises de position d’élus dans la presse lui font douter de sa pérennité.

Le pôle “matinales” pourrait d’ailleurs être renforcé avec un ou plusieurs journalistes supplémentaires en  desk, journalistes de journée qui passeraient en matinale. Les journaux de la demi-heure sont maintenus pour la moitié des locales qui ne passent pas encore au “globcal” à la rentrée, reste également le ⅚ dont le contenu n’est pas précisé pour le moment.

En journée, le journal de 13h passe de 15 minutes à 3 minutes. A 19h, il reste à 15 minutes.

Pour les flashs, le poste pourrait continuer sur la lancée de cet été, c’est-à-dire un poste « convergé » : présentations des journaux franciliens de 12h, 17h et 18h et flashs natio de 14h, 15h et 16h.

 

  • Occitanie : puissance 7 avec 1 journaliste supplémentaire

L’ancienne région Midi-Pyrénées était jusque-là la grande zone blanche de France Bleu. Cela n’est plus le cas puisque depuis décembre, progressivement, le Tarn, le Tarn-et-Garonne, l’Ariège, le Gers, l’Aveyron et le Lot captent France Bleu Occitanie (ex Bleu Toulouse). L’équipe toulousaine doit donc désormais traiter l’actualité de sept départements. Pour cela, elle a reçu début juin le renfort d’un 8ème journaliste, à Toulouse. Pas de RER pour l’heure à l’horizon.

La SDJ s’interroge quant à la crédibilité éditoriale de cette ligne. Imagine-t-on une radio régionale en Bretagne avec huit journalistes à Rennes et personne à Quimper, Brest, Vannes ou Saint-Brieuc?

Sans journaliste sur place, le traitement de l’actualité se heurte à trois biais :

  • le manque de sujets “maison” et la dépendance à la PQR
  • la difficulté de traitement de sujets délicats à distance (faute de relations avec la police-justice par exemple)
  • le risque d’une information trop institutionnelle.

La SDJ est favorable à la présence, le plus possible, de reporters sur les zones où le service public est déployé.

 

  • En bref… Vous nous avez aussi interpellés sur :

La publicité sous forme de reportage : Dans plusieurs locales, l’apparition de publicités pour des banques, des assurances ou des opticiens sous forme de (très) longs enrobés ou de fausses interviews vous a surpris. Non seulement ces spots publicitaires sont trompeurs dans la forme, mais en plus ils sont souvent diffusés dans la matinale à quelques minutes seulement de véritables rendez-vous d’infos et leur format dépasse largement ce que les journalistes produisent. La SDJ s’interroge sur la marge de manœuvre de France Bleu quant à la forme des publicités diffusées sur ses antennes.

Les signatures : la SDJ n’est pas favorable à l’idée de faire un distinguo systématique à l’antenne des grades des uns et des autres. Si le rédacteur en chef intervient dans les journaux, il le fait en tant que journaliste, pas en tant que rédacteur en chef. Il ne nous semble pas utile de spécifier systématiquement son statut.

 

Les membres de la SDJ de France Bleu restent à votre disposition sur toutes les questions éditoriales et de déontologie que vous rencontrez dans l’exercice de votre travail chaque jour.

N’hésitez pas à nous contacter personnellement ou collectivement via l’adresse sdjradiofrance@gmail.com

 

Amélie Bonté (Le Havre)

Rémi Brancato (Paris/93)

Didier Charpin (Caen)

Bénédicte Dupont (Toulouse)

Jérémy Marillier (Orléans)

Marie Mutricy (Le Mans)

Anne Pinczon du Sel (Dijon)

Justine Sauvage (Rennes)

Denis Souilla (Rédaction numérique)

David Valverde (Saint-Étienne)

Suppléants :

Tanguy Bocconi (Perpignan)

Valentin Dunate (Paris)

Isabelle Gaudin (Rédaction numérique)

Nicolas Olivier (Paris)

Arnaud Racapé (Dijon)

Virginie Salanson (Rédaction numérique)

dav

Twitter : @SDJRadioFrance
Site internet : http://sdjradiofrance.fr/

Quand France Info TV plante, c’est Radio France qui répare

L’ATN, ou le 22 00, est notre bouée de secours à tous.

Ce sont les 18 techniciens du support technique que nous pouvons appeler 24h/24 et 7 jours sur 7 en cas de problème informatique (Edito, Netia et autres logiciels). Ils sont ô combien utiles quand Netia plante juste avant un journal. Ils ont sauvé bien des situations.

A partir du 1er juillet, en plus des antennes de France Inter, France Info, France Bleu (les 44 locales), France Culture, France Musique, FIP, Mouv, ces techniciens devront en plus assurer le support de France Info TV.

A effectifs constants.

Et surtout, après seulement 2 jours et demi de formation, alors que clairement, assurer le support technique d’une radio et d’une télé, ce n’est pas le même métier.

Jusqu’à présent le support technique de France Info TV était assuré par un prestataire extérieur.

Mais pour des raisons de coûts, la direction souhaite que ce support soit assuré par l’ATN.

Elle demande même à l’ATN de traiter en priorité les appels de la TV et non de la radio.

Ce qui pourra provoquer des retards dans la prise en charge des problèmes des antennes radios.

La SDJ de Radio France apporte son soutien le plus total aux personnels de l’ATN qui viennent d’adresser une motion à leur direction. Nous ne souhaitons pas que cette nouvelle charge de travail nous pénalise, nous, journalistes de la radio.

Puisque nous avons tous du « talent » comme nous le redit aujourd’hui notre PDG Sibyle Veil, n’oublions pas que la qualité se construit à chaque maillon de la chaîne.

Encore une fois, le cœur de métier de Radio France est la radio, pas la TV.

La SDJ de Radio France

France Bleu-France 3 : premières expérimentations, premières maladresses

C’est une consigne dans le cadre du rapprochement France Bleu-France 3 : organiser des débats diffusés par les deux chaînes. L’un des premiers exemples donne matière à réflexion.

Le thème : la légitime défense. Un mois avant un procès médiatisé. « Mais, nous précise l’encadrement, « sans faire le procès avant le procès ».

En plateau l’avocat du prévenu dans ce fameux procès, avec pour contradicteur un avocat de la Ligue des droits de l’Homme.

L’avocat des parties civiles au procès n’est pas convié et, sans surprise, s’en est offusqué publiquement.

Courrier aux rédactions et menace de faire de cette émission un incident d’audience. Il a aussi refusé de répondre aux journalistes du service public en amont du procès, avant de revenir à nos micros pendant l’audience.

Les deux rédacteurs en chef ont répondu par un courrier commun en assumant l’émission et son casting.

Thématique sensible, invités, éventuelles conséquences : tout cela aurait dû être débattu en amont avec les deux rédactions dans leur ensemble.

La SDJ de France Bleu n’est pas opposée par principe aux coopérations avec France 3. Mais un minimum de concertation avec les équipes s’impose.

Il est aussi important que les projets soient portés de manière équitable par les deux chaînes.

La SDJ attend de la direction de France Bleu des consignes claires pour les expériences à venir.

Fuite en série de grands dirigeants de Radio France vers le secteur privé

Laurent Guimier, ancien directeur délégué aux antennes et aux contenus de Radio France et ancien directeur de France Info, vient donc d’officialiser sa nomination comme nouveau patron d’Europe 1 au sein du groupe Lagardère.

« La loi de l’offre et de la demande », « le jeu du mercato des médias » dira-t-on.

Pourtant, si le professionnalisme et la probité d’un homme comme Laurent Guimier ne sont pas en jeu, la SDJ Radio France s’interroge sur cette fuite en série de grands dirigeants de Radio France vers le secteur privé.

Après Frédéric Schlesinger (ex-directeur délégué aux antennes et aux programmes et membre du comité exécutif de Radio France), un nouveau haut dirigeant qui a partagé l’intimité des projets stratégiques et éditoriaux du service public rejoint une entreprise privée. Et cela dans un moment assez inédit de concurrence et d’observation mutuelle entre médias.

Radio France n’a pas la capacité de rivaliser financièrement avec le groupe Lagardère. Imposer des clauses de non-concurrence à ses hauts dirigeants coûte probablement très cher. Et il n’est sans doute pas souhaitable qu’un groupe public engage des sommes conséquentes pour cela dans une période de fortes restrictions budgétaires.

Mais devant cette situation, et dans cet environnement hyper concurrentiel, le service public ne peut pas se laisser dépouiller sans disposer d’outils pour se protéger.

Il est de la responsabilité de nos dirigeants, de la tutelle de l’Etat, et de nos responsables politiques, de réfléchir à cette nouvelle réalité. Et de doter Radio France de tous les moyens lui permettant d’exister en protégeant ses projets, ses compétences et ses savoir-faire.

La SDJ espère que ces questions brûlantes ne seront pas oubliées dans les discussions en cours sur la grande réforme de l’audiovisuel public.

La SDJ de Radio France

Chef de guerre et bataille d’audience

Emmanuel Macron s’est exprimé dimanche soir sur BFM-TV et Mediapart. Il s’agissait de sa première intervention publique depuis la décision de la coalition, à laquelle appartient la France, de mener des frappes en Syrie.

Or, la diffusion de cette interview par les autres médias a été soumise à des conditions très strictes : pas de diffusion moins d’une heure avant la prise de parole initiale, durée limitée à une minute jusqu’à la fin du direct, utilisation de 10mn maximum ensuite,…

Si on peut tout à fait comprendre la volonté d’un média de soigner l’exclusivité dont il bénéficie, voire le féliciter d’un tel scoop, il est toutefois étonnant qu’un président de la République – et chef des Armées – accepte de se plier à ces règles, alors qu’il s’agit, ici de s’exprimer sur un pouvoir régalien, qui engage tout un pays.

La SDJ de Radio France ne peut que regretter que la parole présidentielle, qui devrait ici être publique, parce que sur un sujet grave, soit soumise à des enjeux d’audimat.

France Culture : le début de la fin ?

C’est confirmé : la rédaction de France Culture / France Musique ne sera plus en mesure de proposer une information de qualité.

Aujourd’hui, en écoutant nos journaux, les auditeurs ont la promesse d’un traitement de l’actualité spécifique et élaboré : par des formats plus longs, par le choix de sujets qui ne sont pas couverts ailleurs, et par une fabrication collective de cette information.

C’est cette promesse qui est menacée. Les récents projets de transformation de l’information à Radio France suivent en effet à la lettre les préconisations du rapport publié en 2015 par la Cour des Comptes sur Radio France, or ce rapport a clairement suggéré notre disparition :

“En matière d’information, est-il légitime que Le Mouv’ ou France Culture développent leur offre, avec les conséquences en termes de coût de fonctionnement de leurs rédactions ?”

La rédaction de Mouv’ a déjà disparu. Pour France-Culture / France-Musique, le processus est en cours.

En effet, la direction de Radio France prévoit de fusionner les services “Etranger” (chargés de traiter l’actualité internationale) de France Culture, France Musique, France Inter et France Info.
Conséquence au sein de la rédaction de France Culture / France Musique : le départ de cinq journalistes, soit 1/6e de ses effectifs. La rédaction se verra privée d’un service essentiel à sa ligne rédactionnelle car nos journaux ont toujours fait de l’actualité internationale une dominante. Cette mutualisation risque d’aboutir à la diffusion de sujets uniformisés à Radio France. Un journaliste sera chargé de traiter le même sujet pour toutes les antennes, alors que nos auditeurs attendent du sur-mesure.

La direction présente cette évolution comme nécessaire. Nous n’y voyons qu’une logique d’uniformisation et l’illusion de futures économies.
Nous sommes d’autant plus inquiets que nous subissons depuis le début de l’année de nouvelles coupes budgétaires et que le journal de 22 heures pourrait être supprimé tout l’été.

Tout cela met en danger l’existence même de la rédaction de France Culture. Nous nous y opposons.

La rédaction de France Culture / France Musique.

Décision du CSA au sujet de Mathieu Gallet

Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel a décidé de démettre Mathieu GALLET de ses fonctions de PDG de Radio France.

S’il n’appartient pas à la SDJ de Radio France de commenter ce choix, il est difficile de ne pas s’interroger sur la réalité – à tout le moins sur la définition – de l’indépendance du groupe public d’audiovisuel, et du CSA, quand l’exécutif annonce publiquement sa volonté de voir le PDG de Radio France quitter ses fonctions. Et quand l’ouverture d’une procédure par le garant de notre liberté et de notre indépendance se fait au lendemain de cette manifestation médiatique.

Le « respect de la neutralité et du pluralisme » s’applique à tous les journalistes du service public de l’information. Cela fait partie de nos missions. Mais le respect de ces règles déontologiques ne peut être à sens unique. Et l’intervention du politique ne peut qu’instiller le doute sur notre liberté de ton et d’action.

Cette prise de position intervient par ailleurs dans un calendrier tout sauf anodin. Une réforme de l’audiovisuel public a été annoncée pour les prochains mois. Et se prépare donc désormais en l’absence d’interlocuteur pour représenter nos radios, pour défendre nos métiers et le travail de toutes nos rédactions. Cette situation est clairement de nature à fragiliser Radio France.

Alors que s’ouvre une période d’incertitudes pour notre entreprise, et de changements qui pourraient modifier en profondeur nos méthodes de travail et nos offres éditoriales, la SDJ réaffirme donc avec force sa vigilance sur le sort réservé à Radio France, à ses salariés et à notre liberté éditoriale dans le cadre de la réforme à venir. Et rappelle l’impérieuse nécessité de garantir l’indépendance de ses antennes. Nos rédactions comme nos auditeurs méritent cette considération.

Vers le démantèlement de la rédaction de France Culture ?

L’annonce peu avant Noël de la création d’une “direction de l’actualité internationale” à Radio France aura pour conséquence d’amputer chaque rédaction nationale de son service étranger. Celle de France culture va donc perdre d’un coup 5 personnes soit 1/6ème de ses effectifs. Elle se verra privée d’un service spécifique essentiel à sa ligne rédactionnelle car France Culture a toujours fait de l’actualité internationale une dominante de son traitement de l’information.

La direction fait valoir que les journaux continueront d’être alimentés “à la demande” par le nouveau service. Mais comment imaginer que ce nouveau service, qui sera, d’un côté, sollicité de façon dévorante par une chaîne d’information en continu comme France Info et qui, d’un autre côté, devra répondre aux demandes spécifiques de France Inter, répondra également aux requêtes particulières de France Culture ? Il est beaucoup plus probable que ce nouveau service de l’actualité internationale produira des reportages standardisés et clefs en main qui seront mis dans un “pot commun” au sein duquel chaque rédaction sera invitée à piocher. Il ne sera dès lors plus question de spécificité éditoriale du traitement de l’actualité internationale. C’est pourtant cette spécificité, notamment en termes de traitement de l’actualité, qui fait que France Culture gagne chaque année, de façon continue, des auditeurs. Cette spécificité est au cœur du discours de nos responsables mais dans les faits, à travers leurs décisions, elle est ignorée pour ne pas dire foulée aux pieds.

Par ailleurs, comment imaginer que la logique de rationalisation qui préside à la fusion des services de l’actualité internationale ne s’applique pas très prochainement aux autres services ? Ce qui entraînera immanquablement la disparition de nos rédactions telles que nous les connaissons aujourd’hui.

Enfin, cette inclination nous semble être confirmée par la possible suppression du budget destiné au remplacement des journalistes sur leurs périodes de congés qui est semble-t-il envisagée en plus haut lieu. Si cette idée devait se confirmer, cela entrainerait de graves dysfonctionnements dans le traitement de l’actualité selon une logique qui semble implacable : n’étant pas remplacés sur nos congés, nous devrons recourir pour nos journaux à des reportages fabriqués par les autres chaînes plus encore que nous le faisons aujourd’hui. L’argument pourra alors être avancé que France Culture s’adonne à un traitement de moins en moins spécifique et différencié de l’information et justifier le démantèlement de la rédaction.

Dès lors, nous voulons savoir ce qu’il est en est réellement de notre budget de remplacement pour les périodes de congés, et nous nous opposons à la séparation du service international de la rédaction de France Culture.

 

La SDJ France Culture au nom de la rédaction

Chamboule-tout à France Inter: la SDJ sera très vigilante

La SDJ de France Inter prend acte du départ de Jean Marc Four de la Direction de la Rédaction et de son remplacement par Catherine Nayl.

Elle regrette que la décision ait été annoncée le plus tard possible, vendredi 22 décembre, à 18h15, rappelant que cette méthode est devenue récurrente sous cette présidence.

La SDJ espère vivement que le professionnalisme de Catherine Nayl servira France Inter, dont les résultats sont excellents depuis plusieurs mois, quelques soient les supports d’écoutes.

La SDJ note que Mme Nayl a fait l’essentiel de sa carrière à la télévision, dans le privé. Elle s’interroge sur ce profil et espère que la ligne éditoriale de France Inter ne sera pas remise en cause.

La SDJ questionne aussi le choix d’un énième recrutement externe à Radio France, dans un contexte budgétaire extrêmement tendu et alors que Radio France dispose d’un vivier de plusieurs centaines de journalistes.

La SDJ s’étonne par ailleurs de la création d’un département des affaires internationales. Si elle peut comprendre l’utilité d’améliorer la coordination du traitement de l’actualité internationale et de son réseau de correspondants à l’étranger, elle redoute une fusion déguisée des rédactions, sans concertation des journalistes, à l’image de ce qui a été fait pour le service des sports.

La SDJ s’inquiète enfin de l’usage systématique de l’expression “média global” dans les annonces des postes pourvus ces derniers mois. Avec la nomination d’une professionnelle de la télévision privée à France inter et la création d’un troisième service commun à toutes les antennes de Radio France, cette expression interroge.

La SDJ de France Inter sera très vigilante dans les prochains mois afin de sauvegarder l’indépendance éditoriale de France Inter. Elle se fera le relais de tout malaise dans la rédaction.